Association REFLEXION

Xavier Souhy consultant en Feng Shui

Xavier Souhy



 consultant en Feng Shui Traditionnel Chinois
certifié au nom du FSRC (Feng Shui Research Center) France en 2004.
Etabli sur le territoire depuis 5 ans.

Contact pour RDV :
mail xav.souhy@canl.nc ou  tél   450528

Qu'est ce que le Feng Shui traditionnel Chinois ?
Texte de Maitre Yu:
Le feng Shui authentique ou encore le feng Shui "classique" est une pratique qui est apparue durant le Néolitique chinois, il y a environ 6000 ans.
Fondamentalement, le feng Shui classique est un système fondé sur une longue observation des forces du ciel (temps) et de la terre (espace, intérieur et extérieur) et sur la façon dont ces forces interagissent.
L'objet du Feng Shui est d'harmoniser ces forces.
Dès que celles-ci sont en harmonie, la probabilité de voir la santé s'améliorer, la richesse augmenter et les relations devenir meilleures, s'accroît.
C'est simplement en établissant l'harmonie que le feng Shui donne l'impulsion et le dynamisme qui peuvent vous conduire au succès.
 
Ce texte de référence est tiré du livre "le guide des "accros "qui s'y perdent d'Elizabeth Moran, Maître Joseph Yu et Maître Val Biktashev au éditions Contre-dires.

lien : www.powerspaces.com
        : www.astro-fengshui.com

Le Feng Shui, mode d'emploi
Les bases fondamentales :
de Georges Charles

Depuis plusieurs millénaires la médecine chinoise classique considère qu'un environnement harmonieux, et particulièrement un habitat équilibré, influe pour une grande part sur la santé et la vitalité de l'individu ainsi que sur la destinée de la famille et, ce faisant, sur l'évolution favorable de la société humaine. Traditionnellement l'individu représente, en effet, le microcosme de la société comme l'habitat se veut le microcosme de l'environnement.

Or, il est aussi difficile de soigner un individu dans une société malade que d'espérer trouver un habitat sain dans un environnement perturbé. Le rôle essentiel du médecin consistait donc à rétablir une circulation harmonieuse de l'énergie de son patient, ceci par divers moyens comme les pratiques de santé (Daoyin Qigong, Taijiquan, méditation), l'acupuncture et les moxas, la pharmacopée, la nutrition... mais également à le conseiller pour que cette circulation d'énergie ne soit pas perturbée ou mise en cause par un environnement défavorable à sa santé et à son bien-être.

Pour les ouvertures, les anciens
avaient déterminé des dimensions
de fenêtres variant entre
le rez-de-chaussée et les étages

La géomancie chinoise, le Feng Shui , entrait donc de plein droit dans cette médecine globale et, pendant vingt siècles, fut étudié et pratiqué officiellement dans le cadre des études médicales. L'un des pères de la médecine chinoise, Sun Si Miao (581-682) expliquait ce fait dans les "Notes complémentaires aux recettes des dix mille pièces d'or" : "Un bon médecin se doit non seulement d'examiner le patient mais également son environnement direct et indirect. Bon nombre de maladies, dont les plus difficiles à traiter, sont liées aux perturbations des énergies du terrain et de l'habitat. Oublier de considérer ces perturbations est une faute professionnelle".
Ce n'est que pendant la dynastie Qing (Tsing) que l'impératrice douairière Cixi (Tseu Hi), pendant le règle de Kuangxu (1875 1909), décidera, dans le cadre de la "modernisation et de l'occidentalisation" de la médecine de supprimer purement et simplement cette discipline du cadre des études officielles.
En 1929, le gouvernement, pourtant considéré comme traditionaliste du Guomingtang, promulgua des décrets visant à l'interdiction de ce même Feng Shui car jugé rétrograde. Par la suite, bien que l'acupuncture et la pharmacopée soient réhabilitées par Mao, le Feng Shui continua à être interdit comme "relent superstitieux d'un passé révolu". Cette pratique n'en demeura pas moins à être pratiquée en Chine dans le plus grand secret, particulièrement par les initiés taoïstes, et dans toute la diaspora chinoise. Que ce soit à HongKong, Taipei, Singapour, Bangkok, San Francisco, Montréal, Londres, les communautés chinoises, et par extension asiatiques, ne construisaient aucun immeuble, n'inauguraient aucune société, n'ouvraient aucun restaurant, n'achetaient aucune maison ni aucun terrain sans avoir, au préalable, réalisé ou fait réaliser une étude géomantique sérieuse. Le nouvel aéroport d'HongKong qui subissait de nombreux problèmes fut réaménagé suivant les règles ancestrales du Feng Shui car il dérangeait les "Dragons assoupis" de la péninsule de Kowloon... En chinois Kowloon ou Jiu Long signifie "Neuf Dragons" !

La Chine de Deng Xiaoping ne pouvait pas demeurer insensible à ce phénomène et le site de la nouvelle métropole se Shenzhen, le premier centre d'affaire situé en zone économique spéciale, fut originellement choisi en fonction du Feng Shui. Depuis, le Feng Shui na retrouvé ses lettres de noblesses et son efficacité légendaire et plus d'un milliard de Chinois ne jurent plus que par lui et cela se sait. Les Japonais ont suivi le mouvement, puis les pays anglo-saxons et la vague touche désormais la vieille Europe. N'en déplaise aux rationalistes obtus, Descartes, éternel curieux, aurait probablement apprécié cette curieuse science qui consiste à penser que l'homme n'est pas encore totalement isolé de l'univers, donc de la nature et de son influence, et qu'il peut, à sa mesure, participer à l'évolution favorable de ce qui lui est proche et cher tout en conservant une conception globale de la vie, de la santé, du bien-être et de la relation avec autrui.

Vous pourrez, ainsi, résoudre de multiples petits problèmes par vous-même ou, si nécessaire, choisir en connaissance de cause un praticien honnête et efficace connaissant son sujet.

...

Mais Feng Shui signifie également mot à mot, et de façon très littéraire, l'étude de l'ambiance et de la qualité... donc les rapports existant entre le qualitatif et le quantitatif.
Il s'agit également, et d'une manière très prosaïque, de la manière d'adapter la mode ou les usages, donc le visible et le superficiel, à ce qui est le plus profond et le plus caché et qui demeure à l'origine de la vie.

Le Feng Shui a donc, étymologiquement, pour but d'éviter de commettre des erreurs grossières risquant de mettre en cause le mouvement subtil de vie qui nous relie à la terre et au ciel. Il est le garant de certaines règles que d'aucuns nomment principes essentiels résidant dans les traditions ou rituels et que d'autres considèrent comme des superstitions.
Il y a peu de temps, une émission de variété télévisée présentait un court reportage sur le Feng Shui qui mettait en scène une charmante dame "experte", fort récente avouait-elle, dans cet art et qui recevait, chez elle, le journaliste chargé de l'interroger. Or, sur une table basse chinoise était disposé un bouddha visiblement tibétain ou thaïlandais. N'importe quel équarrisseur de Lassa ou conducteur de Tuk-tuk de Bangkok sait, depuis sa prime enfance, que le Bouddha ne doit jamais pouvoir se regarder par dessus faute de quoi il provoque d'intolérables migraines. Le reportage ne nous a malheureusement pas dit combien cette "experte" consommait de tubes d'aspirine par jour mais s'est borné à nous expliquer qu'en déplaçant un fauteuil tout allait mieux dans la maison.

La récente mode du Bouddhisme tibétain et du Feng Shui laisse donc présumer une forte augmentation de consommation d'aspirine à cause des migraines bouddhiques et des lumbagos causés par le déménagement permanent du mobilier occidental fort lourd. Que dire alors des milliers de Bouddha qui vont se retrouver comme élément décoratif d'une cheminée de résidence secondaire ou comme presse-papier pour les factures de gaz. D'aucuns objecteront qu'il s'agit là de superstition destinées aux chauffeurs de Tuk-tuk et que, de leur coté, ils accrochent les crucifix à l'envers au pied du lit sur lequel repose un chapeau et qu'ils laissent le pain à l'envers sur la table à coté de chaussures sans que nul n'y trouve à redire. Ils ont probablement raison et nul ne les empêche d'aller habiter un cimetière. Le Feng Shui ne les concerne pas trop et, de son coté, ne s'en porte pas plus mal.

Quant aux "scientifiques" et autres rationalistes sceptiques il leur ferait du bien de méditer ceci :
"Le plus beau sentiment qu'on puisse éprouver c'est le sens du mystère. C'est la source de tout art véritable, de toute vraie science. Celui qui n'a jamais connu cette émotion, qui ne possède pas le don d'émerveillement, autant vaudrait qu'il fut mort car ses yeux se sont déjà fermés". Albert Einstein.

extrait du site : http://www.tao-yin.com/feng-shui/medecine_subtile_environnement.html



17/08/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 254 autres membres